Consommer moins : on s’inspire des nowners et des minimalistes

Les nowners (contraction de non-owners, que l’on peut traduire par non-possesseurs) et les minimalistes poussent parfois le bouchon très loin. En posséder le moins possible est leur credo. Quelle motivation derrière ces comportements ? On s’y met ou pas ? Et comment ?

Faut-il être pauvre ou radin pour être nowners ?

On est foutu, on a trop d’objets. Ce fut le constat d’ Anouck, étudiante parisienne qui depuis plusieurs années fait partie des nowners. Elle a donné quasi tout ce qu’elle possédait à des associations. Elle vit avec le strict minimum et elle n’est pas prête à faire marche arrière.

Un mode de vie un peu bobo (plus bohème que bourgeois, ceci dit) ? Un truc pour les pauvres ou les radins ? Pas vraiment. La motivation se trouverait notamment du côté des préoccupations environnementales du moment. Il n’y a qu’un pas entre la conscientisation du réchauffement climatique et le consommer autrement, entre la quête du zéro déchet et la logique du zéro objet.

On l’entend tellement : gaspiller et consommer à tout vent va nous mener droit dans le mur. Les nowners, dans ce contexte, font donc de plus en plus d’adeptes.  Certains vont même jusqu’à décider de ne posséder que 100 objets maximum (voire 15 !). Ils n’ont pas volé leur dénomination de « minimalistes« .

Faire le vide dans ses placards, nous ferait du bien !

La motivation environnementale pèse certes lourd dans l’envie de moins consommer et moins posséder des minimalistes. A côté de celle-ci, une motivation plus intérieure pousse de plus en plus de personnes à faire le vide dans leur maison. Il paraîtrait que vivre avec moins d’objets entraînerait plus de bien-être.

Des sources d’inspiration fleurissent dans le domaine de la dépossession. Tantôt japonaises, le pays de la zenitude, avec des prescripteurs comme Marie Kondo (auteure de « La magie du rangement ») et Fumio Sasaki (qui a écrit « Goodbye Things »). Tantôt chinoises autour de la discipline du Feng-shui qui travaille l’harmonisation des énergies dans votre intérieur.

Nos amis d’Asie préconisent que se défaire des objets, aérer son espace de vie seraient des moyens d’atteindre le bien-être. Mettre de l’ordre dans son intérieur améliorerait votre quotidien voire changerait votre vie, d’après Kondo. Tentant ! Et pour bien s’imprégner du concept, on commence par… louer les livres mentionnés à la bibliothèque au lieu de les acheter.

Donner une vie ou plusieurs vies aux objets : plus d’espace pour soi

Le saviez vous ? Rien qu’en équipements électroniques, une personne possède en moyenne 99 objets chez lui. Certains ne sont jamais utilisés ou à peine une fois par an (et parfois, comble de la frustration, le jour J, cet objet oublié ne fonctionne pas, faute d’utilisation plus fréquente).

Nous sommes entourés de centaines, voire de milliers d’objets. Et nous continuons encore d’en acheter régulièrement. Or les minimalistes arrivent à vivre avec peu. Pourquoi ne pas essayer de mettre un peu d’ordre (et puis d’acheter moins) ? Si cela nous fait du bien, ainsi qu’à la planète, la motivation est double.

Quoi qu’il en soit, si vous vous décidez à vous désencombrer, les moyens de réduire sa montagne d’objets existent. Pour faire le vide, il vous suffit de donner ses objets. Les bénéficiaires sont au coin de votre rue : CPAS, scouts, Petits Riens, maisons maternelles, écoles, crèches… et Usitoo.

Si, comme beaucoup de personnes, vous trouvez la démarche du désencombrement difficile à affronter seul·e, vous pouvez faire appel à un·e coach en rangement. Oui, cela existe ! Ils ou elles sont des spécialistes prêts à vous épauler dans votre grand nettoyage de printemps, toute l’année en fait. Ainsi, Elizabeth Escobar, adepte de Marie Kondo, veut vous aider à retrouver du bien être en rangeant (Well being organized). Nathalie Crahay (Range ta vie) vous partage ses trucs et astuces, aussi dans des capsules vidéos, pour désencombrer et gagner du temps… pour vous.

Consommer autrement, ça ne tue pas l’économie

Dépenser moins, on signe tout de suite. Consommer moins, cela demande plus d’efforts. Les détracteurs (et gaspilleurs ?) vous diront même que si on arrête de consommer, on tue l’économie. La baisse de la consommation entraînerait, d’après eux, la fermeture des unités de production, faillites et chômage.

C’est oublier que toute une économie alternative se développe autour du consommer autrement. De nouvelles industries (recyclage, réparations, ateliers, déchèteries, donneries…) et de nouveaux emplois se créent. Des entreprises et des jobs qui voient d’ailleurs le jour à proximité de chez nous : on réutilise et on répare local, pas en Chine.

Il s’agit d’une véritable économie puisque l’on parle d’économie circulaire, d’économie collaborative, de coopératives… Et d’autres économies, moins basées sur l’euro, mais qui tournent apparaissent également : des systèmes d’échanges d’objets ou de services, de locations en tout genre. Autant d’initiatives qui ont besoin de main d’oeuvre, génèrent de l’emploi et font circuler des ressources (location de locaux, participation à des évènements, ventes, achats, formations…).

Rien qu’à elle seule, l’économie circulaire représente un secteur florissant puisqu’il permettrait de créer près de 100.000 emplois ! Alors, qui ose encore parler de tuer l’économie ?

Posséder moins d’objets, en louer plus, le bon plan

Convaincu par le concept des nowners, le vide étant fait chez vous, il ne vous reste qu’à louer les objets dont vous n’avez qu’un usage occasionnel. Moins cher et moins encombrant, vous l’avez compris.

Plein de solutions sont à votre disposition dans votre ville pour louer des objets. Que ce soit pour une courte ou longue période, vous pouvez devenir locataire d’un vélo, de matériel de bricolage, de jardinage, de fête (vaisselle, vêtements, meubles), d’une petite voiture ou même d’une tondeuse pour votre chien.

La non-possession d’objets : Usitoo vote pour.  On vote pour la valeur d’usage de l’objet et non pour sa valeur d’acquisition. Et… tout se loue (ou presque) chez Usitoo. Le catalogue va des jeux aux outils, du mobilier aux vélos, du petit électro au gros accessoire auto. Pour bébé ou pour mémé. Sans dépôt de garantie, proche de chez vous et sous un même toit.

Envie de donner un objet ? Besoin d’un objet ? Faites partie de la communauté Usitoo et louez tout ce qu’il vous plaît. Nous sommes au bout du téléphone au +32470324513, du clavier sur support@usitoo.be ou via la chatbox en bas à droite de l’écran.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *